Haitian Studies Association

Upcoming Events > Chèche Lavi: Film Screening & Discussion (Feb. 6)

Chèche Lavi: Film Screening & Discussion (Feb. 6)

Registration is now closed.

Chèche Lavi (2019) is a lyrical documentary portrait of two Haitian migrants, Robens and James, who find themselves stranded at the US Mexico border with no way forward and no one to depend on each other. The quiet, unexpected tenderness of their friendship shines in the eye of an incomprehensible geopolitical storm, even as the two men drift towards drastically different futures… and a new wall rises on the horizon. This is a film about longing: for a place to fit in, for a stable life, for connection and companionship. It isn’t about crossing borders; it’s about how it feels when you can’t get across. It’s about what happens when you end up in a totally unexpected place when you have to start over.

The historical context of this project is certainly familiar to observers of the Haitian diaspora. Thousands of Haitians left their homes after the 2010 earthquake to work and seek life (“chèche lavi”) in Brazil. Many worked on large-scale construction projects in preparation for the Olympics and World Cup. However, as jobs dried up and the Brazilian economy crashed, a rumor began to spread that the American government would allow Haitians to immigrate for humanitarian reasons. The hope of reuniting with family in the US prompted some Haitians to head north by whatever means necessary, often spending their entire life savings to pay traffickers and coyotes who ferried them along an unbelievable 7,000-mile route. But when they finally reached the US border, the migrants discovered that US policy had changed. The humanitarian exception for Haitians was reversed, and any attempt to enter the US legally would almost certainly end in deportation. Even so, by the fall of 2016, close to 40,000 more migrants were already en route to Tijuana.


Cherche la Vie

Projection suivie d’un débat

Samedi, 6 février à 13 h PST et  16 h EST.

Cherche La Vie(2009) est un portrait documentaire aux accents lyriques de deux migrants haïtiens, Robens et James, qui échouent près de la frontière mexico-américaine sans pouvoir avancer plus avant ou compter sur l’aide de quiconque. La tendresse discrète et inattendue de leur amitié brille au coeur d’une tourmente politique incompréhensible, alors même que les deux hommes dérivent vers des avenirs totalement différents …et  qu’un nouveau mur s’élève à l’horizon. C’est un film sur le désir: le désir de trouver sa place dans la vie, de vivre une existence stable, d’aller à la rencontre de l’autre et de trouver des compagnons de route. Le sujet du film n’est pas le passage de la frontière mais le sentiment qui vous étreint lorsque vous ne pouvez pas la franchir. Il porte sur ce qu’il advient lorsque vous vous retrouvez dans un endroit complètement inattendu où vous devez tout recommencer.

Le contexte historique du projet paraîtra  certainement familier aux observateurs  de la diaspora haïtienne. Des milliers d’Haïtiens ont quitté leur foyer après le tremblement de terre de 2010 pour travailler et ‘chercher la vie’ (‘chèche lavi’) au Brésil. Beaucoup ont travaillé sur des projets de construction à grande échelle en vue des Jeux Olympiques et de la  Coupe du Monde de Football. Cependant, lorsque les emplois ont commencé à se faire rares et que l’économie brésilienne s’est effondrée, une rumeur a commencé à se répandre selon laquelle le gouvernement américain allait accueillir les Haïtiens pour des raisons humanitaires. L’espoir de retrouver des membres de leur famille a poussé certains Haïtiens à se diriger vers le nord par tout moyen à leur disposition, en dépensant souvent les économies d’une vie pour rémunérer les passeurs et les chacals qui les convoyaient sur un trajet extraordinairement long  de plus de 11 200 km. Mais lorsqu’ils parvinrent finalement à la frontière étatsunienne, les migrants découvrirent que  la politique des Etats-Unis avait changé. L’exception humanitaire mise en place pour les Haïtiens n’était plus de mise, et toute tentative d’entrer sur le territoire des Etats-Unis illégalement allait se solder  presque certainement par une déportation. Quand bien même, à l’automne 2016, près de 40 000 migrants supplémentaires étaient déjà en route vers Tijuana, au Mexique.